retour

Eiffage Immobilier soutient la création de la première champignonnière des Bouches-du-Rhône

18.12.2018
Scrollez
Eiffage Immobilier soutient la création de la première champignonnière des Bouches-du-Rhône

La première champignonnière urbaine des Bouches-du-Rhône a été inaugurée le 12 décembre dernier, un projet soutenu par Eiffage Immobilier Sud Est qui a financé le béton pour réaliser la dalle des caves.

Suite à l’effondrement de la production de champignons dans les années 80, Maxime Quemin crée l’association « Les champignons de Marseille ».
L’idée est de récolter auprès des restaurateurs locaux le marc de café qui sert de substrat pour voir éclore des pleurotes. Cultivés en centre-ville, grâce à une ressource accessible, la champignonnière s’inscrit dans une démarche d’économie circulaire, c’est-à-dire que des déchets sont valorisés pour produire une nourriture de qualité, distribuée ensuite en circuit court, ce qui lui vaut le prix de la transition écologique de la région PACA.
 
Pour installer son activité, Maxime Quemin a signé une convention avec le lycée agricole des Calanques à Marseille. 230 m² de caves ont été mis à sa disposition mais il faut réaliser des travaux conséquents. Il lance alors une opération de crowdfunding et se fait aider par Eiffage Immobilier Sud Est qui accepte de financer le béton permettant de réaliser la dalle des caves.
 
Maxime Quemin souhaite maintenant développer cette nouvelle boucle au service de la ville et des entreprises de la métropole d’Aix-Marseille, et s’inscrit dans une démarche solidaire en créant des emplois qui s’adressent à des personnes éloignées du marché du travail et désireuses d'apprendre le métier d'agriculteur urbain.
Et à long terme ? 10 tonnes de pleurotes par an, et pourquoi pas délocaliser le champignon de Paris pour le faire pousser dans du compost Marseillais.