Actualités

La dépollution douce par les champignons : une première en Europe

Le 18.06.2015

Retour

Eiffage Immobilier Méditerranée et Eiffage Construction Provence, associées à Gauthey et Polypop, expérimentent une nouvelle méthode pour dépolluer les sols : la mycorémédiation.

Cette expérimentation a lieu dans le cadre du chantier de l’îlot démonstrateur Allar à Marseille (projet Euromed 2), baptisé Smartseille.

Bien plus écologique que l’enfouissement des terres polluées, la dépollution douce par le mycélium permet l’absorption et la transformation des contaminants du sol : hydrocarbures lourds et aromatiques, cadmium et plomb notamment.

L’étude préalable des polluants permet de sélectionner les souches fongiques les plus adaptées. Les résultats en laboratoire sont au rendez-vous, puisqu’en 25 jours on observe les effets suivants :

  • 47% des hydrocarbures lourds et 35% des hydrocarbures aromatiques
    sont détruits.
  • 55% du cadmium et 40% du plomb sont retirés.

L’expérience a ensuite été reproduite à plus grande échelle sur une microparcelle de terrain, sur deux piles de 90m3 au total. Elles se composent d’un mille-feuille formé d’une couche de terre polluée et d’une couche de substrat à base de pailles inoculées. Les champignons doivent ensuite se développer et dégrader les hydrocarbures comme ils le feraient avec du bois en pleine nature : c’est une démarche biomimétique !
Cette phase est complexe car de nombreuses variables doivent être maîtrisées : il a fallu faire face au vent, aux pluies importantes et aux températures élevées sous les bâches.

La méthode présente plusieurs avantages : elle est infiniment moins énergivore que les techniques traditionnelles et elle permet de réduire significativement le très coûteux enfouissement des terres polluées de classe 1, tout en favorisant le réemploi sur le site.

 

Visitez www.smartseille.com pour en savoir plus.

Le substrat des champignons pour dépolluer les sols